Manifeste pour la radiesthésie

Extrait de La Radiesthésie pour tout – Janvier 1946

  • Dans cette revue, nous sommes pour la radiesthésie simple et honnête.
  • Nous nous refusons à tout étalage de faux scientisme aussi bien qu’à toute tendance mystique ou occultiste. Nous ne voyons pas en quoi la radiesthésie est ou n’est pas scientifique. Nous ne sommes pas d’avis qu’elle doive l’être. S’agit-il d’ondes ? Probablement oui, mais pas toujours. Une partie, une très grande partie, de la radiesthésie est mentale et pourrait se passer dans une autre dimension, ou sur un autre plan. Toute explication qui se veut scientifique, toute analogie trop sommaire avec la radio, nous semblent être à côté de la question.
  • Nous n’avons jamais constaté un don ou un pouvoir radiesthésique. Possible qu’il existe un don… et cependant nous avons fait « démarrer » en quelques minutes des personnes que certains « saints » de la radiesthésie avaient déclarées « pas douées ». Selon nous, toute personne de bonne volonté et qui s’ y applique peut pratiquer, très proprement, la radiesthésie.
  • Nous voyons dans la radiesthésie une extension du sens du toucher et nous ne trouvons pas plus extraordinaire de se servir d’un pendule ou d’une baguette – pour affiner nos perceptions tactiles et les doter d’un « amplificateur » convenable – que nous ne trouvons anormal l’usage des lunettes pour la vue ou d’un cornet pour l’ouïe !
  • Nous ne voulons à aucun moment être des radiesthésistes honteux. Nous nous servons couramment et avec succès de la radiesthésie dans la vie quotidienne. Nous ne voyons pas pourquoi nous cacherions que nous cherchons au pendule les objets qu’il nous arrive de perdre et que nous les retrouvons ! Quand nous sommes enrhumés, nous cherchons un remède (pas notre « longueur d’onde », mais le remède) et le fait que nous le trouvons vaut pour nous la plus lumineuse explication scientifique. En toute question complexe, nous cherchons une solution au pendule ou à la baguette. Peu nous importe que ce soit ou non « vraisemblable ». Il nous paraît que ce qui est vrai, c’est ce qui réussit pour soi, et dans le plus terre à terre de la vie quotidienne.
  • Nous croyons qu’il faut laisser aux médecins diplômés qui pratiquent la radiesthésie (ils sont déjà nombreux) les recherches médicales. Mais nous leur demandons en retour de se faire mieux connaître. Entre deux radiesthésistes, l’un médecin diplômé et l’autre simple guérisseur, le malade préférera vraisemblablement le médecin. Quand il y aura suffisamment de médecins radiesthésistes, cette question se réglera d’elle-même.
  • Les autres professionnels de la radiesthésie se doivent de s’afficher plus ouvertement. Des revues comme celle-ci leur permettent de publier régulièrement leur nom, adresse et genre de recherches. Il y a place pour toutes les bonnes volontés.
  • La radiesthésie prend en nos pays une extension considérable. Le nombre de ses fervents croît chaque jour. Tous doivent aider le « mouvement » qui se crée à devenir encore plus puissant et plus étendu.
  • Il ne faut plus qu’il reste des radiesthésistes cachés, hésitants ou « secrets ».

Nous devons tous faire acte de présence.

La Radiesthésie pour tous – Janvier 1946