Radionique : Témoin de motivation

Ce second témoin par ordre d’apparition, énonce d’un seul mot le but poursuivi par le sujet, avec pour principaux avantages de :

  • Favoriser la focalisation de l’opérateur : toute l’attention se trouve portée sur un unique mot-clé, lequel condense le message quintessentiel que l’on cherche à transmettre.
  • Synthétiser et concentrer les instructions : l’esprit se trouve tout entier absorbé par un but singulier, en dehors de toute autre source de perturbation ou d’interférence.
  • Réduire les risques d’autosuggestion : le mental se départit plus facilement de ses propres préoccupations et croyances, pour mieux se connecter sur le but recherché.

Le principe à l’œuvre derrière l’utilisation des mots-clés en Radionique relève du registre de la convention mentale, si bien que leur emploi justifie de l’adhésion à certaines règles que nous allons énoncer à présent :

  • Le mot-clé se doit de respecter tout d’abord une formulation positive, avec toujours en ligne de mire de développer chez le sujet une faculté, une potentialité, ou une qualité distinctive. Plutôt que de chercher à corriger un manque ou retirer un défaut, nous préférerons toujours renforcer un aspect positif de sa personnalité, ou amplifier une qualité déjà présente. En toutes circonstances donc, nous rechercherons à travers le questionnement, la qualité à l’état de carence chez le sujet, et dont l’atrophie a pu conduire, par un mécanisme de compensation, au développement d’un défaut ou d’une déficience particulière. Relever cette qualité et la consolider, aura toujours comme effet d’agir en réduction de la cause originelle ayant conduit à l’apparition de fragilité associée.
  • Le mot-clé ne peut être retenu qu’au terme d’une investigation psychologique complète opérée sur le sujet, afin d’en déterminer chez lui le motif ultime. La problématique à traiter devra donc toujours faire l’objet d’une analyse approfondie, pour parvenir à identifier la cause première, ou racine, ayant incité le sujet à solliciter votre intervention. Ainsi, vous vous méfierez en professionnel expérimenté que vous êtes, des apparences et des évidences, et ne ferez jamais l’économie d’un examen attentif des intentions réelles du sujet. Par exemple, le comportement apathique et passif d’une personne peut-il dissimuler de multiples causes, aux mécanismes fort distincts, selon leurs origines respectives. S’agit-il dans la circonstance d’un manque de dynamisme (Vitalité) ? D’un état de déprime temporaire (Esprit positif) ? D’un défaut d’énergie (Tonus) ? D’une inquiétude passagère (Détachement) ? D’un déficit de volonté (Ardeur) ? D’une mélancolie ancienne (Lâcher-prise) ? D’un chagrin d’amour (Acceptation) ? Etc.
  • Rédigez le mot-clé en caractères majuscules sur un bristol, ou un morceau de parchemin végétal, sans pour autant réaliser une découpe précise de celui-ci, mais en privilégiant au contraire une forme imparfaite et unique à chaque support. Nous vous recommandons l’emploi d’une encre de Chine naturelle, ou a minima d’écrire à l’encre noire sur un papier blanc. Voici quelques exemples de mots-clés pour illustrer notre propos, et susciter votre intérêt : détachement, élévation, paix intérieure, sérénité, bien-être, dépassement, confiance, assurance, bon moral, idées claires, détermination, rigueur, etc. Notez qu’il peut s’agir de mots composés.
  • Soyez aussi précis que possible dans votre choix de mot-clé. Plus celui-ci se révélera pertinent, plus votre action aura de chance d’être couronnée de succès. Sachez éviter toutes les formes de confusion émotionnelle, et veillez à ne pas vous engager dans une mauvaise direction, faute d’une étude attentive de la situation du sujet. Soyez ainsi très vigilant face aux demandes cachées ou « non dites », et sachez écouter activement, interpréter les silences, et « lire entre les lignes ». Selon l’axe que vous choisirez de retenir, les effets obtenus ne seront pas du tout les mêmes, et pourront parfois se manifester en contrariété avec les intérêts profonds et inconscients du sujet.

Ces règles vous étant acquises désormais, vous vous acquitterez par surcroît des conventions d’usage en Radionique, et que nous allons rappeler à présent pour la bonne forme :

  • Ne jamais entreprendre aucune action contraire à la morale, ou susceptible de nuire à un tiers.
  • Ne jamais porter atteinte au libre-arbitre d’un sujet, ni prendre parti délibérément dans une affaire.
  • Ne jamais s’impliquer personnellement, ni favoriser la réalisation d’aucun projet au détriment des intérêts d’un tiers.

Sachez en outre que vous obtiendrez plus facilement des résultats favorables, si votre demande est faite par amour réel et sincère de votre prochain, ou si elle repose sur une intention authentique d’aider ou de protéger un tiers. Il est connu de tous les expérimentateurs sérieux que la foi, la spiritualité ou encore la bienveillance, dote celui ou celle qui s’en revendique de talents et de dons extraordinaires, dès lors qu’il se trouve placé au service du bien universel.

Notez qu’il n’est pas tant question de croire pour prétendre agir, mais simplement de vouloir, en toute sérénité, et en total détachement. Vous vous en remettrez ainsi entre les mains du destin, et vous accorderez sur les desseins de la divine providence, ou de « l’invisible », selon votre orientation mentale.

Nous terminerons ce bref récapitulatif par un rappel des modalités habituelles en matière de fixation d’objectif :

  • Le but en Radionique peut être assimilé à une forme de compromis entre ce que le sujet désire intimement, ce qu’il exprime ouvertement, ce qu’il peut concrètement, et ce qui lui est permis présentement.
  • Il est préférable, mais non indispensable, que le billet de vœux soit rédigé de la main même du sujet, en sorte de créer entre celui-ci et son désir profond, un rayon d’union plus puissant encore.
  • Veillez à toujours concevoir et planifier un plan d’action et de progressivité. Ce programme (écrit), devrait idéalement se répartir sur plusieurs séances, et observer une démarche de difficulté croissante dans l’obtention des résultats escomptés.
  • Dans tous les cas que vous aurez à traiter, vous rechercherez toujours la meilleure qualité de vie possible pour la personne, les conséquences à long termes les plus favorables, et les mieux en phase avec son désir d’évolution personnelle.
  • Vous vous abstiendrez de jamais intervenir ni tenter d’influencer le sujet lors de la fixation de son objectif, même lorsque ce dernier vous paraîtra farfelu, ou contraire aux intérêts supposés de la personne. Nous vous en rappelons ici à votre devoir premier de respect du libre-arbitre chez autrui, et de la responsabilité imputable à chaque être de se déterminer, par et pour lui-même, dans chacun de ses choix de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 + 1 =