Téléradiesthésie géomantique

Nous souhaiterions synthétiser dans ce Chapitre la notion de téléradiesthésie géomantique d’un point de vue d’abord théorique, puis pratique. Nous terminerons par quelques rappels liés à l’élaboration des témoins d’identification et de but.

Qu’entendons-nous tout d’abord par téléradiesthésie géomantique ?

  • Il s’agit de l’évocation de la fréquence vibratoire d’un individu à partir d’un appareil à émission de forme à deux dimensions (graphique ou schéma actif), avec déclenchement à distance d’une action programmée, par induction d’un signal modulé pour entrer en harmonie et en résonance avec les formes-pensées du sujet récepteur.
  • Rappelons qu’aucune énergie d’aucune sorte n’émane à proprement parler du dispositif d’émission. C’est bien au contraire l’énergie vitale de la personne ciblée par l’action de radionique qui est mise à profit, et mobilisée pour provoquer chez elle un épanouissement ou une réalisation, par influence et (r)éveil de ses forces mentales et spirituelles latentes.
  • L’émetteur ainsi constitué doit l’être pour ne faire qu’un avec le receveur des influences, et mis en service de préférence la nuit afin d’aller plus facilement toucher aux sphères inconscientes du sujet récepteur, pendant son sommeil. En sorte qu’à son réveil, son état d’esprit demeurera imprégné des émanations nocturnes bénéfiques perçues par les couches les plus profondes de sa pensée, comme dans un état de transe hypnotique. De cette manière, l’objet délibéré de la programmation mise au point distillera sur le comportement du sujet une influence bienveillante constante pendant toute la phase d’éveil.
  • Nous soulignons ici et le ferons régulièrement tout au long de ce traité, l’importance prépondérante du libre-arbitre du sujet, qui reste seul maître à bord et seul juge tout au long du processus, pour entreprendre ou non les changements d’état d’esprit ou de perception, objet de l’émission de radionique. A nouveau, notre rôle et notre capacité d’agir se limitent à une opération de reprogrammation passive des structures inconscientes de son esprit. Le pouvoir final de décision et d’action continuent de demeurer le privilège exclusif de la personne, qui seule peut déclencher concrètement les changements désirés.
  • L’opérateur donne libre cours à son Art pour tenter d’éveiller ou de réveiller les facultés et le potentiel endormi chez son correspondant. A l’opposé des techniques de manipulation qui cherchent à conditionner une réaction et à restreindre le champ de la réflexion, le praticien en radionique, lui, se donne pour mission d’étendre et de démultiplier les possibilités d’action projective du sujet, et de lui ouvrir des perspectives à chaque fois nouvelles et émancipatrices. Par le jeu des influences subtiles, il prétend modifier l’état énergétique du sujet, afin de lui conférer ce petit supplément d’âme propre à déplacer les montagnes. Ainsi inspiré et sous l’effet de cet influx mental constant, le sujet se trouve doté de ressources nouvelles et d’un regard modifié, finalement apte à réaliser de grands changements dans son environnement.
  • La réalité n’est qu’une vue de l’esprit. Et l’Homme est ce qu’il se fait. Le monde n’est qu’un reflet d’une essence infiniment plus subtile et omniprésente. Tout donc est accessible à la conscience qui a su s’affranchir de l’illusion, et s’en est retournée vers l’unité fondamentale. Il s’agit-là d’un principe de base en radionique : nous ne prétendons pas changer le cours des événements « comme par magie ». Bien au contraire, nous pensons qu’il est possible de décupler le potentiel d’un sujet par notre action d’influence à distance, afin de lui conférer, à lui, les moyens d’entreprendre sa propre révolution mentale, et de changer le monde, autour de lui, qui n’est au fond rien d’autre, peut-être, que la projection fluctuante de son propre rêve.
  • L’opération d’influence a lieu au niveau du générateur central (la pyramide), et la transmission du signal intervient de manière instantanée. Dès l’activation du dispositif émetteur, l’impulsion est envoyée en temps zéro vers la pensée de l’opérateur, avec lequel il va faire corps. Une fois dynamisé, l’ensemble nouveau constitué par l’opérateur, l’émetteur et le sujet-récepteur ne forme plus qu’une seule et même entité agissante. Ce point est de grande importance pour bien comprendre le fonctionnement de l’émetteur géomantique, forgé par la pensée consciente et volontaire de l’opérateur, amplifiée et stabilisée par le dispositif émetteur, pour dialoguer avec le subconscient du récepteur, et en réorganiser les structures superficielles.

Méthodologie pratique :

  • L’émetteur de géomancie doit toujours être disposé à la parallèle de l’axe magnétique de la terre – Nord-Sud – à l’aide d’une simple boussole ; l’émission pourra être interrompue à tout moment par simple rotation à 90° du dispositif (orientation Est-Ouest), et réactivée selon un principe équivalent de réalignement Nord-Sud. Il est toujours utile et judicieux de valider la bonne orientation du dispositif au pendule, et de corriger éventuellement celle-ci en tournant lentement la planche de radionique jusqu’à obtention d’un accord (giration franche et positive du pendule). Nombre de sources de perturbations magnétiques peuvent compromettre cette phase du travail, aussi nous vous recommandons aux précautions d’usage en la matière, afin de vous assurer du meilleur ajustement possible, condition sine qua non au succès de tout ce qui sera entrepris par la suite.
  • L’émetteur de géomancie ne peut être employé que pour servir un unique but à la fois, et toujours le même. Ainsi est-il préférable de s’en tenir à une seule émission par individu dans un temps déterminé, et de créer un nouveau dispositif en cas d’apparition de tout nouveau paramètre à prendre en compte dans l’action de radionique enclenchée. La puissance émissive ainsi que la durée d’exposition sont auto-régulées, si bien que l’émetteur géomantique modulera et même désactivera automatiquement ses effets et son action, dès lors que l’opération d’influence aura atteint son objectif.
  • Une fois déployé dans un lieu calme à l’abri de tout passage, le dispositif sera maintenu actif jusqu’à satisfaction pleine et entière des attentes (réalistes et positives) du sujet. Celui-ci devrait seul pouvoir commander au démantèlement de l’émetteur, par la voie d’une prière adressée à la Providence, en forme de remerciement pour les bienfaits et les progrès accordés. Nous ne recommandons pas l’exercice d’un cérémonial, sans le dénoncer toutefois, et préférant le soumettre au libre choix de nos lecteurs. Enfin, nous ne prônons pas l’éloignement des conduits de chauffage, ou des masses métalliques, pas plus que la mise à distance des sources de champs électromagnétiques, et autres technologies de communication sans fil et radiofréquences. Nous préférons faire preuve de réalisme et vivre dans notre époque, en apprenant à pratiquer une radionique résiliente, pleinement intégrée à son environnement grouillant d’ondes et de perturbations en tous genres.
  • Nous ne recommandons toutefois pas l’enfouissement des émetteurs dans un tiroir ou un meuble quelconque ; (et dont les formes parasiteraient la netteté du signal envoyé). L’émetteur géomantique doit demeurer dans le paysage visuel quotidien de l’opérateur, et lui rester accessible afin que par effleurement magnétique, il puisse en apprécier instantanément le niveau d’énergie, et de le redynamiser au besoin. En outre, et sans aller jusqu’à un fétichisme excessif, nous recommandons d’opérer sur un plan de travail propre et dégagé, en sorte qu’aucun n’objet ne vienne toucher l’émetteur, lui-même disposé sur une étoffe ou un sous-main de couleur sombre. A titre de subtilité, nous vous conseillons également de vous fournir des bougies décoratives à fonctionnement par piles, ceci afin de maintenir une lumière douce et vacillante sur chaque émetteur durant la nuit ; (les modèles factices permettant de limiter le risque d’incendie). Cet apport de lumière en continu est apparu dans notre expérience comme déterminant dans le succès des opérations de radionique.
  • Les opérations qui suivent, de dynamisation et de transmission du message, exigent de l’opérateur un effort particulier de visualisation et d’imagination, afin de concevoir par la pensée la réussite acquise de l’objectif escompté. Il convient ici d’agir avec douceur, souplesse, et bienveillance. Le bon état d’esprit est celui d’un détachement salutaire, et d’un lâcher-prise absolu quant à l’objet même de l’action entreprise. L’opérateur doit procéder avec calme et confiance, en sachant bien que « son désir est un ordre », et qu’il n’est plus aucune place pour le doute en son âme et conscience, au moment d’exercer ses talents. Le but à atteindre sera ainsi toujours conçu mentalement, de manière positive et constructive, pour être ensuite transcrit sur un papier bristol, sous une forme la plus synthétique possible ; (pas plus de 5 mots-clés, sans mots de liaison, articles, ni ponctuation).
  • Nous ne saurions trop vous recommander de vous en remettre à la plus haute providence à chaque montage de radionique, et ainsi de toujours valider le bien-fondé et la justesse du dispositif élaboré, avant que d’en libérer puis d’en disperser les effluves irradiantes. Pour ce faire, il conviendra d’interroger le pendule selon votre propre convention mentale, et d’espérer en retour un accord massif quant à l’opération envisagée. Dans tous les autres cas, de refus ou d’hésitation, il ne saurait trop être conseillé de renoncer à l’exécution du programme, de reporter éventuellement l’émission, ou de rechercher parmi les éléments qui la composent, ceux en disconvenance avec le but recherché. Encore une fois, et si tout échoue, sachez faire preuve de recul et n’insistez pas, le résultat n’en serait plus mauvais et à l’encontre de la bienveillance des actions attentées.
  • Une fois qu’il vous aura été octroyé le droit de procéder, viendra l’ultime phase de votre mise en scène, laquelle consistera à dynamiser le tout formé par les divers éléments de l’appareil à émettre ses énergies bénévolentes, sages et aimantes. Il s’agira de reproduire sciemment un mouvement pendulaire positif, toujours selon votre convention mentale, lequel aura pour effet instantané de conférer à l’assemblage symbolique mis au point une force de rayonnement suffisante, pour distiller sa programmation intrinsèque sur le receveur situé à distance. Par son mouvement de giration autour de la rosace géomantique, le pendule figure un cône invisible, tête en haut, et dont la forme se maintiendra au-delà de sa présence active au-dessus de l’émetteur, en sorte que par son apex virtuel (sa pointe), pourront s’échapper les pensées ondoyantes déposées-là, comme il en serait des effluves d’un parfum par le col d’un flacon dans l’atmosphère. Vous aurez soin de maintenir votre pensée entièrement focalisée sur l’objet du but à accomplir aussi longtemps que s’animera le pendule, soit jusqu’à son arrêt total. Parvenu à ce stade, il ne vous restera plus qu’à mettre en place les mesures de protection adéquates, afin que votre émetteur ne subisse aucun préjudice pendant toute la durée de son fonctionnement.
  • Veillez enfin à toujours faire preuve de progressivité. Il serait en effet illusoire de prétendre agir sans un programme établi à l’avance, et selon une démarche par étapes, à la fois réaliste et adaptée à chaque cas traité. Nous ne pouvons que vous conseiller de définir à l’avance avec le sujet lui-même un plan d’intervention, écrit, et fondé sur une série croissante de résultats à atteindre, au respect de la personne et de ses capacités réelles du moment. En sachant bien que tenter d’émettre un signal en dehors de la limite du raisonnable ou de ce que peut entreprendre le sujet est voué à l’échec, et source de démotivation. Ne cherchez donc pas à influencer en bloc, mais privilégiez une approche graduée et raisonnée. Élaborez une tactique d’influence unique pour chaque opération : mieux vaut traiter les causes et non les symptômes, tels qu’ils vous auront été révélés dans le Thème de Géomancie, afin d’obtenir une amélioration réellement profitable et durable.

Règles à respecter :

  • N’agir que pour le bien de la personne, et toujours avec son consentement, ce qui implique qu’il n’est pas envisageable de prétendre influencer un inconnu ou un tiers ignorant de notre démarche, et qu’elle qu’en soit la finalité ; « infliger de l’aide » est une forme d’ascendance abusive sur autrui.
  • S’assurer du caractère utile, raisonnable et bienveillant du signal à envoyer, en dehors de toute atteinte à la personne, et qui constituerait un motif d’échec et de choc en retour particulièrement préjudiciable à l’opérateur.
  • Exercer une seule action à la fois et pour un émetteur donné, ce qui n’exclut pas d’agir sur plusieurs secteurs de l’existence pour un même sujet traité (santé, vie professionnelle, questions affectives et sentimentales, etc.).
  • Veiller à toujours indiquer au sujet-récepteur des influences les heures et la durée de chaque séance d’émission, et toujours lui remettre copie avant le démarrage du protocole des objectifs émis à chaque séance, dans le cadre du programme élaboré avec sa coopération active.
  • Expérimenter régulièrement et sans peur de l’échec : la radionique s’acquiert plus qu’elle ne s’enseigne, et toujours par la pratique ; ne redoutez pas de commettre des erreurs, ce qui reviendrait à vous interdire d’apprendre et de progresser.
  • Apprendre toujours, avec la curiosité et la candeur de l’enfant : la radionique est par essence adogmatique ; dit autrement, elle est ce que vous en faite, elle est votre création, unique et personnelle.
  • Contribuer à la collectivité des chercheurs : la science des émissions d’influences ne se transmet pas, elle se découvre, et chacun a sa manière bien à lui d’opérer ; faites preuve de générosité et partagez plus que votre savoir-faire, un savoir-être, et un état d’esprit.
  • Dépasser les cadres théoriques : ne vous limitez pas à ce qui est écrit, dans ce recueil ou ailleurs, mais prenez ce dont vous avez besoin et ajoutez ce qui vous est cher ; ainsi va le progrès et son évolution inéluctable.

Conseils au sujet des Témoins :

  • Le Témoin permet la syntonisation d’un émetteur sur la fréquence vibratoire d’un sujet ou d’un objet récepteur à la vitesse de la pensée, soit en temps instantané.
  • Témoin d’identification – Matérialise le sujet-récepteur des influences :
    • Témoins naturels : Coton ou buvard imprégné de salive, de sang ou d’urine, mèche de cheveux (naturels), ongles – conservés dans une enveloppe ou un tube en verre. Cette nature de Témoin comme la suivante se conserve et peut être réemployée sans limitation ni de temps (péremption), ni d’usage (saturation).
    • Témoins artificiels :
      • Bristol sur lequel on aura pris soin d’inscrire les Nom (de jeune fille), Prénoms, date (et heure si connue) et lieu de naissance – Adresse du domicile où du lieu de villégiature de la personne ciblée ; (là où elle séjourne au moment de l’émission de radionique). Dans ce cas, déposer quelques gouttes de chlorure de sodium sur le Témoin et maintenir dans un décagone (dont l’une des faces aura été orientée vers le Nord) jusqu’à évaporation complète.
      • Photographie récente (surtout s’il s’agit d’un enfant, au format approprié et non découpée), vêtement ou objet personnel ayant été en contact répété avec la peau du sujet.
    • Pour une plante : Nom commun ou botanique, espèce, famille, couleurs, dessin figuratif, photographie, qualités gustatives ou thérapeutiques.
    • Pour un animal :
      • Témoins naturels : Poils, plumes, fluides ou déchets corporels.
      • Témoins artificiels : Photographie récente, objets ayant été portés par l’animal. Bristol sur lequel on aura pris soin d’inscrire les : Nom, race, genre, couleur du pelage ou du plumage, tatouage, date de naissance, de l’animal ; (selon un même processus d’activation que décrit ci-dessus).
    • Pour une famille : Association des noms patronymiques, photographies des membres de la famille, etc.
    • Pour une société, une personne morale, un commerce, une ambassade, une école ou une association : Raison sociale, logos, carte de visites, nom commercial, pseudonyme, sigles, nom du ou des dirigeants et des associés, papier à l’entête de l’entreprise, adresse d’exploitation, toutes autres marques distinctives.
  • Témoin de but :
    • Exprimé de manière synthétique, concise, précise et affirmative, comme si l’objet de la demande s’était déjà réalisé. Le bon sens et l’abnégation présideront à sa confection, dans une finalité toujours altruiste et généreuse.
    • Privilégier des mots simples et proscrire le jargon scientifique, médical, et toute autre forme de langage savant. Opter pour des formulations brèves et propres à créer un choc positif en peu de mots. Eviter à tout prix les tournures négatives ou vagues.

Nous aurons l’occasion de détailler et d’approfondir encore les concepts évoqués dans ce chapitre, et d’insister sur leur mise en usage pratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × cinq =