Géomancie & Radionique

Nous avons eu l’occasion déjà d’évoquer le fonctionnement de l’émetteur géomantique. Nous aimerions toutefois rappeler quelques concepts clés de radionique, en sorte que nos lecteurs qui découvriraient la discipline puissent en acquérir les rudiments indispensables.

L’émetteur géomantique est un graphique émetteur, dont la fonction est de produire une énergie vibratoire bienfaisante, elle-même vectrice d’influences. Son principe de fonctionnement repose sur la mobilisation et l’activation des forces latentes et invisibles présentes en chaque quantum d’espace. Il s’agit d’un émetteur universel, capable de débiter par intermittences et sans risque de saturation, ses effets positifs sur un sujet à distance.

L’émetteur géomantique est composé en réalité de deux éléments distincts :

  • Une table de résonance, en l’occurrence la Rosace géomantique, et issue du travail initial de montage et d’interprétation du Thème.
  • Un émetteur central, ici une pyramide de cristal, dont le rôle est d’amplifier considérablement la puissance émissive du dispositif.

En retenant bien que la table de résonance doit toujours être orientée par rapport à l’émetteur central, un alignement inadéquate valant nullité de l’émission

Attention, l’émetteur géomantique de produit pas les énergies mises à la disposition du sujet, mais exploite les énergies cosmiques déjà présentes en tous temps et en tous lieux de l’univers, qu’il sélectionne et met en mouvement (en vibrations), pour générer ses effluves bénéfiques.

L’émetteur géomantique constitue un ensemble fermé et autorégulateur en ce qui concerne sa capacité de diffusion. Il peut ainsi être maintenu actif pour une durée indéterminée de plusieurs jours ou même semaines, et jusqu’à libération complète de la programmation souhaitée. Dans cette configuration, l’action d’émission trouvera son terme naturel à réalisation dans le plan événementiel des vœux à l’origine du montage. Dans tous les cas, celle-ci se produira sans aucun risque de surcharge, et aussi longtemps qu’une aide sera possible et souhaitable. Elles s’interrompra spontanément, dès lors que les objectifs auront été atteints. Il est alternativement permis de procéder à des séances de charge quotidiennes, toujours par girations volontaires et positives à l’aide d’un pendule émetteur.

L’émetteur géomantique se comporte donc comme un sélecteur d’influences, capable de syntoniser à l’aide des Figures de la Géomancie les fréquences spécifiques à chaque domaine de l’existence, et sur lesquels une action précise est recherchée. Il devient dès lors l’expression quintessenciée et « idéalisée » du désir d’un sujet, capable de déterminer automatiquement les adjuvants énergétiques favorables à la réalisation matérielle de ses buts.

L’émetteur géomantique exploite le Thème de Géomancie représenté dans sa forme circulaire, lequel compose un ensemble parfaitement équilibré sur un plan énergétique, et un véritable miroir psychique de l’état du sujet à un instant précis de son existence. La pratique et l’émission d’énergies télé-influentes à l’aide de ce support envisage donc un instantané de l’état d’esprit du consultant, pour agir sur une réalité existentielle et subjective déjà constituée à l’état de germes.

Pour servir utilement d’objet d’action radionique, nous faisons entrer dans la composition de l’émetteur géomantiques des témoins supplémentaires, en vue de renforcer encore la concentration et la propulsion des influences télé-radiantes, toujours par amplification analogique. Nous exploitons ici et de manière très conventionnelle, les lois de la résonance énergétique, des correspondances, des semblables et des analogies. Ces témoins sont bien connus en matière de science des actions à distance, décrits comme de vénérables condensateurs d’énergie cosmique, très précieux lors de toute action à distance par énergies à pouvoirs d’influence.

Nous avons dans le cadre de nos expérimentations retenu quatre catégories principales de témoins bien connus de la discipline :

  1. Les témoins d’identification : naturels ou artificiels, et toujours reliés au sujet sur lequel s’exercent les techniques d’influence en radiesthésie émettrice ; (ex. : photo, mèche de cheveux, etc.).
  2. Les témoins de conduction : tout écrit, dessin, symbole, permettant d’orienter l’action de radionique sur une zone spécifique de l’espace (site particulier, partie du corps, …), ou du temps (événements précis, période, etc.)
  3. Les témoins de motivation : par exemple sous forme de phrase ou de mots-clés, rédigés par le sujet lui-même, afin d’exposer sans équivoque le but, le programme, le souhait, ou le désir qu’il souhaite voir se réaliser. Ces témoins peuvent être formulés de manière positive, sous la forme d’un objectif que l’on souhaite atteindre par exemple, ou négative, par évocation d’un mal que l’on veut à tout prix éviter ou combattre; Dans le premier cas, il convient de les disposer à l’endroit sur les autres témoins (par analogie de sens), tandis que dans le second ils se trouvent placés à l’envers (par effet de contradiction).
  4. Les témoins d’amplification : aussi dit « de pouvoir », leur rôle, en tant qu’additifs aux précédents, est de condenser et de démultiplier les émissions vibratoires du dispositif général, grâce à l’action des résonances analogiques, et en harmonie avec le but recherché. Leur effet est donc très prisé en radionique, d’augmentation substantielle de l’émission de charge, par concentration et accumulation des énergies cosmiques. C’est de leur essence par nature vibratoire, et de leur rapport avec les énergies du vivant, que ceux-ci tirent d’ailleurs leur pouvoir d’action. Tout repose ici encore sur la fameuse loi universelles des correspondances : un premier objet ou sa représentation, détient par sa seule force d’évocation, le même potentiel énergétique et vibratoire qu’un second objet, lui-même soumis aux mêmes forces primitives. Tous deux possèdent en quelque sorte la même « signature » énergétique. En conséquence, le symbole d’une planète par exemple, se révèle-t-il dispensateur des mêmes influences que la planète qu’il désigne, avec lequel il résonne analogiquement. Il en va de même de nombre de témoins, et selon un mode de pensée analogue, bien connus des occultistes, et que vous pourrez utiliser sans modération : alphabets, carrés magiques, nombres, couleurs, préparations homéopathiques, cartes, etc. Attention toutefois, veillez à toujours confirmer la validité de vos témoins d’amplification à l’aide du pendule. Un choix malheureux entraînerait en effet une totale inertie du dispositif par défaut de résonance. Sachez enfin qu’il est possible de charger toutes sortes de témoins de leurs vertus, par girations volontaires et positives du pendule au-dessus de ces derniers, l’amplificateur étant tenu ou simplement touché avec l’index de la main libre.

Vous aurez noté peut-être que nous prenons grand soin de dissocier les cas de girations volontaires et involontaires du pendule, et ce n’est bien entendu pas innocent. Dans le premier cas en effet, l’opérateur va se comporter comme une véritable dynamo radiesthésique et fluidique, en faisant tourner son pendule dans le sens des aiguilles d’une montre, par un mouvement conscient et imposé d’émission entièrement active, ne dépendant que de sa volonté. Son action dans ce cas est à rapprocher du magnétisme classique, et il lui reviendra la possibilité d’extérioriser l’énergie accumulée par sa main libre, laquelle tiendra ou touchera simplement ce qui doit la recevoir, qu’il s’agisse d’un objet inanimé ou d’un être vivant. Ces girations volontairement entretenues dans le sens positif (dextrogyre), se verront dans ce cas dispensatrices d’influx magnétiques curatifs, par captation et émission d’énergie pour : dynamiser, apaiser, soulager, etc. un sujet, ou imprimer une pensée abstraite dans la matière (ex. : la qualité d’une une couleur ou d’une plante sur un buvard, un caillou, de l’eau ou de la ouate ordinaire). L’opérateur agit dès lors comme un champ d’émission, diffusant de l’énergie  par la main qui ne tient pas le pendule à tout ce qui lui est en contact. Dans le second cas en revanche, le pendule entre en girations et interrompt son mouvement sans intervention de la volonté du praticien. Le mouvement est donc déclenché et maintenu le temps nécessaire à la charge complète escomptée, hors de tout contrôle et de toute détermination consciente et volontaire. L’opérateur dans ce contexte adoptera une attitude détendue et la plus neutre possible, pour s’en remettre à la volonté de son instrument, qui seul décidera par son démarrage et son arrêt final de l’atteinte de la charge nécessaire et suffisante. Ce second mode d’opération se trouve particulièrement adapté dès lors que l’on cherche à agir sur des événements particuliers, et les constellations énergétiques au sein desquelles évolue le sujet.

Dans le cadre de nos travaux, notre préférence va au pendule égyptien, tel que décrit dans les ouvrages de A. de Belizal et P.A. Morel, en bois d’ébène, renforcé en son centre d’une tige de plomb, et d’un poids moyen de 22 grammes environ. Nous le  tenons pour un objet radiant de très grande efficacité, dont il nous plait d’exploiter l’onde porteuse qui le caractérise, outre ses qualités premières que nous ne détaillerons pas plus dans ce chapitre.

Nous espérons avec cette brève introduction avoir couvert les notions essentielles et utiles à votre pratique de la radiesthésie géomantique. Nous reviendrons régulièrement dans ce recueil sur les notions communément admises dans l’art d’émettre des influences à distance.

Voici quelques ultimes recommandations pour conclure ce volet de notre étude :

  • Nous l’avons déjà dit, mais nous ne le répéterons jamais assez : nous ne faisons pas de miracles ! Nous nous contentons d’apporter une aide. Notre action vise à nimber un sujet d’influences positives, et non pas à transformer son destin. Chaque personne est seule responsable de provoquer dans sa vie les changements désirés.
  • En radionique comme en tous les domaines de l’apprentissage, votre action doit être guidée par le bon sens, et soutenue par l’expérimentation. Mainte fois sur le métier vous devrez remettre votre ouvrage, pour enfin faire apparaître des résultats probants. Et bien des échecs vous devrez essuyer, qui seront autant d’opportunités d’apprendre.
  • La meilleure technique en radionique est toujours celle qui vous est la plus naturelle et intuitive, et que que votre esprit approuve d’emblée comme étant celle frappée du sceau de l’évidence. Souvenez-vous que les artefacts seuls ne peuvent rien, ne sont rien, ne veulent (valent) rien. La magie, c’est vous. Vous faites partie du dispositif, et composez avec lui une seule et même réalité. Sans votre concours et la participation active de votre esprit, aucune émission ne peut avoir lieu. Veillez donc toujours à vous porter à l’écoute de vos sensations et de votre ressenti, et laissez l’inconscient vous guider dans l’acte de créer des émissions de formes. Ainsi opérant, vous établirez par votre intermédiaire un pont éphémère entre les plans matériels et immatériels, pour que les énergies puissent circuler, converger, et se densifier en la direction que vous leur aurez désignée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − dix =