Techniques avancées d’interprétation

Nous avons lors d’un précédent chapitre abordé déjà les fondamentaux de l’interprétation géomantiques, celle-ci faisant intervenir quatre constituants fondamentaux :

  • Les Demeures.
  • Les Figures.
  • Les éléments.
  • Les planètes.

J’ai également insisté sur l’importance de s’extraire d’emblée d’une vision mécaniste et simpliste de l’interprétation du Thème, en sorte que le tout – le message oraculaire – dépasse, et de très loin, la somme des parties. Je voudrais en manière d’introduction à cette nouvelle section bien repréciser ici les choses.

Nombre de praticiens de ma connaissance et autres théoriciens de la chose géomantique se sont fait fort d’enluminer la discipline de vertus merveilleuses, promettant le plus souvent de prédire, avec la précision d’un métronome, le fil des événements à venir, et à l’état de germes dans l’humanité. Or il m’apparaît très dommageable de colporter de pareilles affirmations, qui portent le discrédit sur une science si belle qu’elle ne saurait s’accommoder d’une telle médiocrité. J’ajoute que ceux-là même qui promettent monts et merveilles, attentent à leur propre don, qu’ils affligent de souillures dans ma croyance indélébiles.

Permettez-moi donc d’insister sur ce point : la Géomancie, qu’elle soit réceptive des champs d’influence à la périphérie d’un individu, ou active par déviation recherchée de ces rayonnements subtils, ne saurait agir que sur des empreintes énergétiques, ce qui interdit toute forme de prédiction fataliste, de sentence déterministe ou de sort irréversible. Un géomancien se gardera bien de parler d’autre chose que de tendances et de potentiels ; il n’évoquera jamais d’événements datés ou perçus autrement que symboliquement. De même qu’il ne prétendra pouvoir agir autrement que par émission à distance d’effets bienfaisants, susceptibles d’attenter positivement aux instances psychiques et mentales du Consultant ; et en aucun cas promettre à ce dernier un quelconque succès ou une quelconque réussite fortuite, qui d’ailleurs le dispenserait de  de sa responsabilité, et constituerait une forme de violence et d’emprise sur l’autre.

Résumons cette mise en garde, sans doute la plus fondamentale concernant la Géomancie : si vous souhaitez vous initier à l’Art géomantique, posez-vous d’abord la question de vos intentions profondes, intimes et personnelles. Quel est votre but ? Est-ce de prendre l’ascendant ou le pouvoir sur un tiers ? Est-ce de fasciner vos proches ou les foules par vos talents surnaturels ? Ou bien êtes-vous animé par le simple désir compatissant de dissiper la souffrance qu’éprouvent les gens de ce monde ?

Il ne fait ici aucun mystère que de la réponse à la question qui vient d’être posée, dépendra la qualité des enseignements qui vous seront révélés. Quand l’élève est prêt apparaît le Maître dit le fameux dicton. Combien de livres ai-je lus, sans rien y comprendre, combien de doctrines ai-je absorbées, sans rien y déceler, combien de paroles ai-je troublées, sans rien y entendre, combien de lieux saints ai-je foulés, sans rien y éprouver … Le monde est ce que vous en faîtes, et l’Homme est ce qu’il se fait, c’est par l’action dans le monde que vous progresserez toujours sur la voie de votre propre apprentissage. La Géomancie appelle les grands Hommes, et par là je n’entends pas ceux qui brillent par leurs faits d’armes ou de quelque nature. Le grand Homme est celui qui sait se tenir à la portée de ses semblables, dans un état d’esprit permanent de gratitude et d’humilité.

N’attendez donc pas de la Géomancie, ni révélations stupéfiantes, ni guérisons miraculeuses. Faites plutôt confiance au destin, accueillez la vie dans sa simplicité, et voyez dans la Géomancie comme une amie, et une fidèle conseillère. Son langage est celui du symbole, et il n’est jamais autoritaire. Bien au contraire, il vous restitue ce formidable cadeau de l’existence qu’est le libre arbitre, en sorte que vous traciez votre propre chemin de vie, seulement guidé par cette belle étoile dans la nuit, comme les voyageurs aux temps d’autrefois.

Je n’ai jamais fait commerce de la Géomancie, et jamais je n’ai refusé d’aider mes semblables. Par chance je peux me prévaloir de ne pas vivre de la Géomancie, et si cet état des faits longtemps m’a coûté en frustration de ne pouvoir plus ou mieux m’y adonner, je dois bien reconnaître que c’est un luxe, et pour deux raisons principalement :

  1. Pour être un géomancien efficace, mieux vaut vivre dans le monde, le vrai ; non pas comme un ermite dans sa tour d’ivoire, mais au contact de son époque et de son temps, les deux pieds bien sur terre. Rien ne vaut l’expérience d’une vie active pour affiner son Art, et le voir se métamorphoser en soi au fil de son propre vécu.
  2. L’expérience du don est une chose sacrée qui confère à chaque rencontre le cachet unique de l’élévation de l’âme et du cœur. « Donner c’est recevoir », et quel plus grand bonheur que de s’oublier soi-même dans l’amour de l’autre. Celui qui s’y adonne bien vite ne pourra plus envisager la vie autrement.

Un jour au détour d’une librairie, il  m’a été donné de rencontrer un livre écrit par un vieux Monsieur décédé au moment de la réédition que je tenais entre mes mains. A celui-ci, un journaliste coauteur posait la question en introduction de savoir comment il avait appris à maîtriser son don de guérisseur. A cette question le vieux sage répondait avec une simplicité déconcertante : « J’ai pratiqué mon Art pendant près de soixante ans sans jamais tenter d’en percer les mystères, d’ailleurs je n’y ai jamais rien compris ; seulement avais-je en tête d’aider mon prochain, et de faire le bien autour de moi. » Il ne saurait selon moi être donnée de meilleure instruction à l’apprenti géomancien, que d’agir toujours pour le bien d’autrui, dans la simplicité et le don de soi. A celui qui adoptera cette maxime seront révélés tous les secrets de l’univers, dont bientôt il n’aura plus cure, tant il aura appris à voir au-delà des choses, et de l’ici-bas.

Dans la pratique de la géomancie donc, nous retrouvons la démarche alchimiste, par l’emploi des analogies, des symboles, et par l’évolution spirituelle de celui qui s’y adonne. Il ne s’agira pas tant de s’abreuver à outrance de connaissances, aussi nécessaires soient-elles à l’initiation, sinon de se démunir de ses croyances, et de tout ce que précisément l’on aura appris, et qui nous retiendra de voir et de ressentir. En vérité il s’agit de reconnaître bien plus que de connaître, de se dessiller les yeux et de s’émerveiller du dessein qui se trame en chaque Thème, comme devant la beauté d’un paysage lorsqu’il nous enlève au monde.

Tout cela n’est possible que par la pratique. On apprend pas la Géomancie, on la découvre, on la côtoie, on la fréquente, et on se met à son écoute. Elle seule décide, et tout est déjà en place, parfait, réalisé. Il n’y a rien à ajouter, aucun effort à consentir, simplement être là, et laisser s’écouler le flux d’énergie, jusqu’à ne faire plus qu’un avec elle.

Nous avons déjà esquissé les bases de notre trame d’interprétation, en nous appuyant sur les composantes précitées. Rappelons tout de même quelques points de repères avant de conclure :

  1. Le Questionneur est toujours représenté par la Figure en première Demeure ; cette règle ne souffre aucune exception.
  2. En partant de cette Demeure, interprétez la signification, la qualité (bonne ou mauvaise), la nature (élémentaire et planétaire) ainsi que les rapports de la Figure en occupation avec sa Demeure (effet, accord élémentaire et planétaire).
  3. Identifiez ensuite la Demeure d’origine de la Figure en occupation, et analysez le sens de sa provenance en appréciant les influences de ladite demeure d’origine sur celle d’arrivée.
  4. Observez la Figure occupant la Demeure d’origine, et à nouveau interprétez-en les caractéristiques comme il a été spécifié en (2). Répétez l’action de repérer la nouvelle Demeure d’origine de cette dernière Figure (3), et appréciez encore l’influence de celle-ci sur celle analysée.
  5. Répétez la séquence (2)-(4) d’examen des Figures et des Demeures par rebonds successifs, jusqu’à épuiser le sens et parvenir à formuler une séquence de réponse satisfaisante à la question posée à l’Oracle.

Faites ici appel à votre intuition et votre imagination, lâchez-prise sur tout ce que vous tenez pour vrai ou pour faux, et laissez s’exprimer le fluide à travers vous. Ayez confiance dans le dessein universel, et soyez assuré que ce qui émanera alors de vous aura du sens et de la valeur pour votre Consultant. La meilleure image qui me vienne pour vous exposer l’importance de cet état d’esprit d’accueil et d’acceptation sans jugement, est celle d’un enfant qui découvre le monde naïvement et sans idées reçues ; ne vous crispez pas sur les règles et faites danser les symboles. Observez le mouvement des Figures, méditez sur ces arrangements, tentez de saisir l’image et le sens du tout, faites silence en vous, et laissez le Thème vous pénétrer de ses influences.

Un dernier conseil : si lors de l’interprétation, le message oraculaire ne vous apparaît pas clairement, malgré tous vos efforts pour décoder les indices et les signes, ne cédez pas à la tentation – vaine à mon sens – de le surcharger en y appliquant d’autres techniques encore, que je ne mentionnerai pas ici par souci de clarté. Bien que nombreuses et souvent attrayantes, ces pratiques ne feront que complexifier encore l’analyse et rendront confus le sens du message véhiculé dans le Thème. Préférez le montage d’un autre Thème à un autre moment, voire un travail d’affinage de la question posée, ou encore l’étude ultérieure du Thème que vous reprendrez à un moment plus propice.

Par votre propre pratique, vous découvrirez l’infinité des interprétations possibles, seulement munis des techniques décrites dans ce traité, et de votre intuition. Et c’est bien-là le message le plus important de la Géomancie : seule compte votre imagination, le Thème n’est qu’un support, une clé – vous êtes le message – vous êtes la source à laquelle vous allez vous-même puiser les réponses aux questions posées – vous êtes l’Oracle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept + 20 =